Soupe aux choux – soupe aux chou – soupe au chou

Parfois, nous perdons du poids pour de mauvaises raisons. Parfois, nous avons la malchance de suivre de mauvais régimes où on nous donne des informations incorrectes au lieu de nous donner des informations qui pourraient êtres vitales pour réussir à perdre du poids. Vous avez besoin d’une raison plus convaincante pour poursuivre et terminer votre programme, car il ne faut pas se voiler la face, une fois que les choses commencent à se gâter, une fois que vous êtes fatiguée, que vous avez faim, que vous êtes déprimée ou tout simplement que vous vous ennuyez et que vous voyez en face de vous ce succulent gâteau au chocolat qui vous regarde en vous faisant les yeux doux et en hurlant votre prénom. Chaque petite cellule de votre corps vous dira d’y aller et de manger de la soupe aux choux de ce gâteau, chaque fibre de votre corps essaiera de vous dévier de votre objectif. Alors dites-moi, à ce moment-là, aurez-vous une raison assez forte pour vous empêcher de céder et de vous retenir de manger de la soupe aux chou ? Une fois que ceci est dit, pensez à une raison, si ce n’est déjà fait, pour laquelle il vaut vraiment la peine que vous perdiez du poids. Quelque chose comme : · Je veux perdre du poids parce que je veux gagner un respect salutaire pour mon corps. · Je veux manger de la soupe au chou parce que je veux vivre plus longtemps pour ma famille. · Je veux perdre du poids parce que je veux mieux profiter de la vie en faisant des choses que mon poids m’interdit de faire actuellement. · Je veux manger de la soupe aux choux. Probablement non, car la silhouette du gâteau est beaucoup plus forte que l’attrait que peut avoir une réunion de « celles qui portent une taille 38″ et laissez-moi vous dire pourquoi. C’est tout simplement parce que le gâteau est juste là devant vous. Il est une réalité tangible qui se profile juste devant vous, à portée de main alors que tout le reste, tous vos objectifs de perte de poids, les réunions, la petite tenue qui vous faisait envie, votre liste de bonnes résolutions etc.. se transforment soudain en un lointain murmure qui ne subsiste qu’en arrière plan. Alors, revenons aux raisons pour lesquelles vous voulez perdre du poids. Il est certain que vous voulez paraître à votre avantage, cela est acquis, mais quoi d’autre manger que de la soupe aux choux ? Quelque soit la raison, elle doit être fondée sur quelque chose qui a plus de poids que le simple fait de vouloir perdre quelques kilos pour un événement précis ou encore juste pour pouvoir mettre telle ou telle tenue. Pourquoi cela? Parce que vous avez cru que vous pourriez supprimer toutes ces années de conditionnement en une semaine seulement. Votre corps est plus fort que vous ne le croyez. Cela ne veut aucunement dire que vous ne pouvez pas perdre du poids, vous le pouvez parfaitement, seulement vous devez apprendre à travailler avec votre corps et non contre lui.

Régime Cohen – regime Cohen

C’est sûr, vous n’avez jamais essayé le régime Cohen auparavant, mais il ne fait aucun doute que vous n’êtes pas étranger au manège d’un regime Cohen qui n’a cessé d’infecter votre vie jusqu’ici. Si vous êtes ici, alors il est probable à 98% que vous êtes à la recherche d’une autre façon de perdre du poids, désolée les filles, ce chiffre est particulièrement vrai pour les femmes. D’un autre côté, pour les mecs c’est autour des 60%, c’est sidérant comme chiffre mais vrai. Alors qu’est ce que cela signifie? Cela signifie qu’entre 60% et 98% des adultes suivront encore un autre régime Cohen à un moment donné au cours de l’année. Tout cela fait partie intégrante de la liste de résolution du Nouvel An, et la perte de poids y tient une place prioritaire. Cela veut dire que nous allons fixer nos objectifs pour réussir à perdre jusqu’au dernier kilogramme superflu pour que nous puissions nous pavaner à la plage dans ce jolie bikini deux pièces, et après la fin de la toute première semaine nous sommes là, les yeux rivés sur notre bol de soupe aux choux, à nous demander la raison qui nous a poussé un jour à commencer tout cela. Au diable ces résolutions du nouvel an ! Et voilà, nous avons encore une fois échoué à la partie «résolution de perte de poids » de notre objectif, mais ce n’est pas grave, parce que nous allons tout simplement remettre ça de nouveau l’année prochaine. On essaye, on échoue, et on remet ça. Et le cycle continue. Ces chiffres consternants que nous avancent les diététiciens dans leurs émissions nous montrent que nous sommes tous bien conscients du fait que nous avons besoin de perdre du poids, mais pourtant chaque année nous continuons à grossir toujours plus. Les regime Cohen, en réalité, vous font prendre du poids sur le long terme, et cela devient d’autant plus évident dans cette épidémie d’obésité qui infeste cette génération sédentaire adepte de Fast Food. Saviez-vous que les sièges dans les stades doivent être élargis pour pouvoir accompagner l’évolution de la population en termes d’élargissement, de circonférence ? Cela montre que nous sommes devenus une nation encore plus large (et pas dans le bon sens du terme) que nous ne l’avons jamais été durant les 20 dernières années.

Perdre du poids

Mon objectif est de vous armer de toutes les connaissances et de tous les outils dont vous aurez besoin pour perdre du poids une bonne fois pour toute. Je vous remercie d’avoir bien voulu entamer ce voyage avec moi. Si vous appliquez correctement ce que vous apprendrez ici, vous n’aurez d’autre choix que de perdre du poids. Mais comme toute chose dans la vie, vous ne récoltez que ce que vous semez. Je sais que vous pouvez le faire. Alors commençons. Pour quelle raison voulez-vous perdre du poids ? Cela semble être une question évidente, non? Grattez un peu et vous trouverez sous la surface la vrai raison qui vous tiendra motivée jusqu’à l’achèvement de votre but. Qu’espérez-vous obtenir comme résultats avec ce programme? C’est juste parce que c’était sur votre liste des résolutions et des buts à atteindre du nouvel an? Est-ce pour une réunion à laquelle vous projetez d’assister? Est-ce à cause des vacances toutes proches ? Est-ce pour pouvoir entrer de nouveau dans vos vieux vêtements ou est-ce peut être une petite tenue moulante qui vous fait envie ? Je sais à quel point cela est difficile mais de nos jours il semble qu’on ne peut pas tourner la page d’un magazine ou changer de chaine sans tomber sur une maigre adolescente décharnée qu’on nous vante comme étant l’image à laquelle nous devrions toutes aspirer. Les images dont les médias nous gavent ne sont que des faux idéaux, ce n’est certainement pas à ça que les gens ordinaires ressemblent et on ne devrait pas nous forcer à entrer dans un moule pour y arriver. Nous sommes tous différents et c’est ce qui fait du monde un endroit si riche. Et ce n’est pas parce que nous n’avons pas un poids d’environ 45kg (100 livres), de longues jambes et une taille de 1m80 que nous ne sommes pas belles. Et ce n’est pas parce que nous ne correspondons pas parfaitement au modèle que cette industrie obsédée par la perfection considère comme beau que nous devrions nous sentir incapable d’être belle par nousmêmes et de nous montrer sous notre meilleur jour. Si vous avez un excès de poids, perdre une partie de ce poids ne fera que vous débarrasser de ces couches superflues et révélera votre vraie beauté physique qui se cache en dessous. Vous découvrirez votre beauté progressivement comme si vous ciseliez une magnifique sculpture de Rodin, kilogramme par kilogramme, pour faire régime.

Angoisse

Lorsque vous souffrez d’angoisse, de crises d’angoisse, d’attaques de panique, d’agoraphobie, ou de phobie sociale, la première chose à faire est de prendre un rendez-vous pour un examen médical complet afin de voir si vous souffrez d’une maladie psychiatrique ou si vous souffrez seulement d’anxiété (ce qui est généralement le cas chez 99% des personnes consultant un médecin pour ce type de problèmes.)

La réponse du médecin est généralement que vous êtes sans doute un peu stressé(e), mais que vous n’avez rien de grave.

Je sais que cette réponse a quelque chose de révoltant car votre peur et votre souffrance sont elles bien réelles et intenses. J’y reviendrai plus loin dans le livre sur l’angoisse.

Le médecin que vous consultez peut, pour vous aider, vous prescrire des médicaments, le plus souvent sous forme de tranquillisants, d’anxiolytiques ou d’antidépresseurs.

Généralement l’action du médecin contre l’angoisse s’arrête là.

Une attaque de panique, c’est l’arrivée soudaine d’un sentiment de terreur qui frappe par hasard sans prévenir. Ce type de mésaventure peut arriver à n’importe quel moment même durant le sommeil. Une personne qui subit une attaque de panique peut croire qu’elle est en train de faire une crise cardiaque ou qu’elle va mourir de façon imminente.

La peur et la terreur qu’une personne vit durant une attaque de panique est tout à fait disproportionnée par rapport à la situation réelle et peut parfois n’avoir aucun rapport avec ce qui se passe autour d’elle.

Beaucoup d’entre vous qui liront ce livre, sont déjà passés par là. Après une première attaque de panique ou après une période d’anxiété jugée trop forte, vous avez été voir le médecin pensant que vous courriez un risque cardiaque ou que vous étiez menacé par une grave maladie. Vous avez peut-être aussi un jour abouti aux urgences, paniqué(e) pensant que vous aviez quelque chose de grave. Et vous en être sorti(e) avec le diagnostic que vous étiez en parfaite santé mais juste un petit peu stressé(e), tendu(e), ou anxieux(se) ou souffrant d’angoisse.

Après avoir fait ce premier bilan de votre angoisse, vous pouvez vous attaquer à cette anxiété qui vous ronge via la méthode que je vous propose dans ce livre. Cette méthode s’adresse à des personnes saines physiquement et en bonne santé. Elle ne s’adresse pas à des personnes souffrant d’une réelle pathologie médicale. Je vous renvoie la mise en garde du début de ce livre, au sujet de l’angoisse.

Troubles bipolaires

Généralement quand vous consultez votre médecin pour des problèmes de troubles bipolaires, souvent celui-ci vous prescrit des antidépresseurs. De nombreuses personnes se voient souvent également prescrire des antidépresseurs et en même temps la recommandation de suivre une psychothérapie.

Le problème des antidépresseurs est discuté de façon approfondie dans ce livre. Vous verrez que je ne les recommande pas sauf dans les cas de troubles bipolairess très graves avec risque de suicide imminent.

D’abord parce qu’aucune étude n’a plus prouvé de façon indiscutable l’efficacité des antidépresseurs. Par contre il est indiscutable que les antidépresseurs ont des effets secondaires certains et négatifs tels que l’insomnie, des nausées, l’irritabilité, la perte d’appétit sexuel, et d’autres bien plus graves qui peuvent compromettre définitivement l’équilibre de la santé de l’individu.

De plus les antidépresseurs soignent les symptômes mais pas la cause, ce qui provoque un taux de rechute extrêmement important.

Les troubles bipolaires ne sont pas un mal qui frappe au hasard. La dépression demande des ajustements de vie et le déblocage d’attitudes négatives et de jugements négatifs récurrents dans le cerveau de l’individu.

Malheureusement, les approches traditionnelles psychothérapeutiques qui mettent l’accent sur le dialogue avec le thérapeute et/ou le reconditionnement des comportements sont souvent source de désillusion pour la personne dépressive.

La raison en est simple. Pour sortir des troubles bipolaires, il faut d’abord rétablir l’équilibre émotionnel de l’individu. Malheureusement nous contrôlons difficilement nos émotions et nous sommes plutôt le jouet de celles-ci. La méthode que je vous propose dans ce livre agit directement sur le cerveau émotionnel au sein même du système limbique via un processus extrêmement simple, naturel, et sans danger, afin de vous sortir de cet état de réflexe quasi automatique et animal que nous avons tous lorsque nous sommes le jouet de nos émotions.

Les antidépresseurs sont généralement le premier traitement prescrit par de nombreux médecins. Mais en définitive les antidépresseurs ne sont efficaces que dans un tiers des cas traités. De plus le pourcentage de réapparition des troubles bipolaires plus tard dans la vie est énorme quand une première apparition des troubles bipolaires est traitée par antidépresseurs. Et c’est normal car l’antidépresseur traite le symptôme et non la cause des troubles bipolaires. De plus pour de nombreuses personnes, les effets secondaires sont tels, qu’elles préfèrent arrêter rapidement le traitement.

Le pourcentage de chance de refaire des troubles bipolaires lorsqu’une première dépression est traitée par antidépresseurs est de 80 %. C’est donc la banalisation du traitement des troubles bipolairess par antidépresseurs qui a introduit l’idée fausse, dans le grand public, que la dépression était une maladie chronique. Si tous les troubles bipolaires étaient traitées de façon naturelle en essayant de soigner la cause et non les symptômes, le nombre de rechutes serait éminemment faible, et dès lors les troubles bipolaires ne seraient pas considérés comme un mal chronique.